[Mercredi movie n°6] The Revenant : La claque.


Cher Alejandro Gonzalez Inarritu,

Après nous avoir offert Birdman (2014) , 21 Grammes (2003), Babel (2006) - et tant d'autres magnifiques films - tu reviens cette fois-ci avec un western américain. S'il te plait, arrête de pondre des chefs d'oeuvres et laisse de la place aux autres un peu. Par politesse.

Alors comme vous l'avez sans doutes compris, oui je dis oui à ce film.

On se retrouve donc plongé au coeur d'une Amérique sauvage où l'on survit comme on peut. C'est ainsi qu'on trouve Hugh Glass, un trappeur qui servait de guide lors d'une expédition de commerce de fourrure. L'expédition tourne mal puisqu'ils se font attaquer par des Sioux. Hugh Glass est laissé pour mort par un traitre de l'équipe - John Fitzgerald - au coeur d'une forêt dans laquelle s'abat un violent hiver et où tribus guerrières et animaux en tout genre cohabitent pas vraiment dans le grand calme. Le périple de notre trappeur commence dans cet environnement hostile où sa survie ne tient qu'à sa volonté.





Au casting, on salue le vénéré DiCaprio dans le rôle de Hugh Glass. Le caméléon d'Hollywood, Tom Hardy dans le rôle e de John Fitzgerald. également présent Domhnall Gleeson (Ex-Machina), Will Poulter (Le Labyrinthe) et encore Paul Anderson (Peaky Blinders)

J'y allais à reculons pour être honnête. Je m'attendais à un film un peu dans le genre apocalyptique avec une belle dose d'émotion. Que nenni. Enfin y a un peu d'émotion tout de même mais par forcément sur celle qu'on miserait en premier.

(Je vais essayer de la jouer sans spoiler car le film va sortir bientôt donc il faudra aller le voir et je le recommande vivement.)


On est véritablement plongé dans un monde de brute. Mi-dixneuvième siècle pourtant, nous sommes très loin de l'état humain que l'on connait actuellement. Les hommes ne vivent pas mais ils survivent et c'est justement toute l'histoire. Comment survivre avec pour seule arme sa tête ? Dans le cas de Hugh Glass sa survie va être due notamment à sa haine viscérale et à son envie de vengeance meurtrière. Très intéressant de voir jusqu'où un homme est près à aller pour assouvir sa vengeance.

Mais au-delà de fond, il y a la forme. Et c'est là que se trouve l'apogée du film. La caméra virevolte lors des scènes de combats de manière maitrisée et précise qui prolonge le mouvement jusqu'à sa finalité ce qui laisse des scènes d'un détail surprenant.
Quand la caméra ne virevolte pas, elle nous offre un panoramique vertical des paysages au sein de la forêt. L'image est à couper le souffle à ces instants. Un calme sans précédent intervient et c'est comme si l'on divague dans l'esprit du trappeur.
Et il faut savoir une chose : Pas de fond vert. Non, non. Le réalisateur et l'équipe du film ont tourné dans les conditions réelles que la nature leur fournissait tant pour les paysages que pour la lumière. En effet, ce fût un des plus grands chantiers de cinéma avec des pages horaires très courtes pour filmer. L'effort en valait la peine. Je pense que cela à donner naissance à des peintures cinématographiques.


Il y a une forme de questionnement au sein même de ce film qui se dessine par la réalisation. C'est une sorte de voyage au sein de l'esprit de l'Homme. On se questionne autour de la vengeance, de la haine. Et un élément ressort de tout ça : la Nature. Au final, ce film pourrait être un questionnement autour de la cohabition de l'Homme et de la Nature. Cette dernière est impitoyable tout le long du film ainsi que l'Homme l'est également envers son prochain. Lequel des deux est pire ?

Je n'en dit pas plus mais on parle vraiment d'une claque là. Il est vraiment à voir et à revoir ! Et on dit merci Léo d'avoir fournit un tel travail car son jeu d'acteur n'a jamais été aussi perfectionné que dans ce film. Et on dit merci Alejandro d'avoir entreprit ce chantier parce son film contribue véritablement à cette grande oeuvre qu'est le cinéma.

Vous ne serez pas déçu de ce voyage qui mêle calme métaphysique aux tourments d'une âme brisée par la vengeance. 

P.S : N'oubliez pas une tasse de thé et un bon plaid en regardant le film sinon vous attrapez froid.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je suis Blogueuse Cinéma, et je me demandais comment tu as pu avoir déjà vu ce film, alors que la projection presse France n'a pas encore eu lieu, et qu'il n'y a pas eu d'avant-première en France ??
    Tu l'as téléchargé ?

    RépondreSupprimer
  2. @Aléa Bonjour, non je ne le télécharge pas il étais sur une plateforme de streaming j'en ai donc profité.

    RépondreSupprimer