Pourquoi le voyage est-il si formateur ?


Le voyage est-il vraiment formateur ? C'est une question que je me suis toujours posée. Même après le retour d'Angleterre, je continuais à me poser des questions avant de finalement me poser sur un raisonnement qui m'a laisser croire que le voyage était peut-être la meilleure expérience que n'importe qui peut avoir ici bas.


Pour ceux qui me suivent depuis un bout de temps vous êtes au courant que je suis partie un an en Angleterre pour y travailler et découvrir par moi-même ce pays. Mon expérience n'a pas été si traumatisante au final sauf pour mon porte-monnaie. 
Mais pour d'autre, les expériences s'accumulent. Beaucoup partent à l'autre bout du monde, découvrir de nouvelles cultures bien différentes de la notre et vont à la rencontre de divers populations. 
Alors au final, voyager ça vaut quoi ?

• Sortir du quotidien 

Je pense qu'on est tous d'accord sur le fait que voyager c'est avant tout un échappatoire au quotidien ou à la routine. Que se soit pour bronzer sur une plage ou faire du saut en parachute en Australie, on échappe d'une manière ou d'une autre au métro, boulot, dodo. 
Se réveiller le matin sans savoir ce que vous allez faire dans la journée. Se réveiller dans l'inconnu le plus total. Ça c'est excitant. Et on se redécouvre. On a envie de découvrir, d'apprendre, de bouger pour mieux revenir avec un tas d'histoire à raconter.
Défier le temps. Ce que j'entend par là c'est quand partant à l'autre bout du monde, on défie notre temps. Techniquement déjà avec le décalage horaire, mais aussi mentalement en ne s'occupant plus de rien et de ce qu'on va faire de notre journée, plus besoin de se pré-occuper de l'horloge. 
Apprendre. Tout simplement. Pour moi apprendre est un pur plaisir. Mémoriser des langues, retenir des dates, se renseigner sur le pays dans lequel on voyage. Tout cela fait parti d'un processus d'épanouissement personnel solide puisque basé non pas sur du matériel mais que sur de l'enrichissement intellectuel. 

• Ouverture sur le monde

Découvrir une nouvelle manière de faire. En s'imprégnant d'un nouveau pays on en découvre toute sorte de chose. Une nouvelle manière de voir les choses et de les faire. C'est un des processus de l'ouverture d'esprit. Découvrir aide à effacer clichés et préjugés que nous avons sur tel ou tel pays ou au contraire de les confirmer (ex : les anglais et le thé ≠ cliché).
Se créer un nouveau chez soi. Car lorsque l'on pose ses valises quelque part, ce quelque part devient automatiquement un petit peu chez soi. Et quand on y retourne on se rend compte qu'on va dans les mêmes bars, les mêmes lieux et on se rappelle la première fois où on y a mit les pieds. Même si on reste qu'une semaine dans un pays, lorsque l'on part, on quitte un nouveau chez soi.

• Tester ses limites

Le barrage de la langue est une des plus durs expériences dans un pays étranger. Nous sommes obligés de nous concentrer énormément pour comprendre ce que l'autre nous dis. Et puis au final, le barrage s'ouvre et peut importe la manière par lequel le contact se fait, le plus important c'est qu'il se fait. Et au fond, lorsque j'étais en Angleterre et que je ne comprenais pas ce qu'on me disait, personne ne m'a insulté ou critiqué. Comme si une sorte de compréhension mutuelle se mettait en place : "moi aussi j'ai eu à faire face à l'incompréhension."
La confiance en soi est également mise à l'épreuve. Ne pas comprendre la langue, être loin de son pays, de ses amis, découvrir une culture inconnue, autant d'élément qui justifie une baisse considérable de sa confiance. Et puis au fur et à mesure, tout s'éclaire et on apprend à rationaliser les choses et à comprendre que tout ces petits obstacles de sont pas grands choses. Et au final, on revient avec une confiance en soi monstrueuse !
Les limites physiques ne sont pas à négliger. Pour les personnes qui expérimentent des expériences bien plus lourdes, le physique en prend un coup. Par exemple, la personne qui décide de faire une randonnée sur une montagne de 3000 mètres de haut ou un autre qui désire sauter en parachute ou autre. Toutes ces expériences qu'on peut qualifier "d'exceptionnelles" font partie intégrante du voyage et au final, encore une fois la limite est surmontable bien que cette dernière dépend de chaque individu.

Voilà donc pour mon point de vue sur ce que le voyage peut nous apporter et pour répondre à la question principale, oui le voyage est définitivement formateur.
Et vous, pensez-vous que le voyage est si formateur ?

B


2 commentaires:

  1. Belle réflexion!
    Pour moi, oui, le voyage est formateur, a condition de réussir à sortir de sa routine et de ne pas la remettre en place ailleurs, ce qui n'est pas si simple !

    RépondreSupprimer
  2. Toujours cette éternelle remise en question qui faut se forcer à faire ! Mais ça reste très formateur :)

    RépondreSupprimer