[Mercredi movie n°4] Wish I was here.


Wish I was here - traduisez Le rôle de ma vie en français - est une comédie dramatique de Zach Braff. Cela fait quelques temps maintenant que ce film est sorti mais ce n’est que très récemment que je l’ai vu. 


Petit Récap’

Le film se concentre autour de Aidan Bloom (Zach Braff), mari et père de deux enfants qui recherche désespérément un rôle dans un film. Mais plusieurs péripéties viennent aggraver la situation. Son père (Mandy Patinkin) est mourant. Ce dernier ne peut donc plus payer l’école privé aux enfants d’Aidan et pour couronner le tout, Aidan essaye de réconcilier son père et son frère (Josh Gad), sans oublier la femme d’Aidan (Kate Hudson) à qui revient la lourde charge de nourrir la famille. C’est dans ce contexte qu’Aidan décide de retirer ces enfants de l’école privé pour leur faire l’école à la maison. 

Moi qui recherche du boulot...

Pourquoi on aime ? 

J’ai relevé dans ce film quelques éléments qui pourront vous faire comprendre toute la particularité et les multiples sujets abordés de celui-ci. 

  • Une palette d’émotion déployée à son maximum : Les personnages passent par toutes les étapes émotionnelles qui soient. Entre la peur, le rire, la pitié, le courage, le désespoir, la joie… Tout y passe ! Et c’est très intéressant de voir ça car cela nous fais prendre conscience de la capacité humaine à ressentir un million de choses différentes. 
  • L’éternel combat rêve/réalité : Qui n’a jamais entendu un de ses proches dire : Suis tes rêves, c’est là où tu seras le plus heureux. Et un autre membre de sa famille répété : Les rêves sont destinés à rester des rêves, il y a avant tout besoin d’argent. Et qui ne s’est jamais vu coincé entre ces deux modes de vie ? Certains ont réussit de faire de leur rêve une réalité et d’autre continue à rêver en gagnant leur vie autrement. Le film explore la voie de « jusqu’où sommes-nous près à aller pour un rêve » et en même temps « comment savoir si on se trompe pas de but final ? » 
  • Le monde imaginaire : Une grande thématique qui apparait dès le début et qui suit ce que j’ai dit un peu plus haut : l’imagination. J’hésitais même à mettre l’innocence enfantine. [Tout tout petit spoil, rien de dérangeant mais je sais que ça peut en gêner certain] En effet, Aidan est régulièrement projeté dans ces pensées où il s’imagine venu du notre planète et tentant d’échapper à un homme dont on ne sait rien. Ce monde imaginaire est systématiquement interrompu violemment par la réalité. Alors qu’au début du film on ne comprend pas vraiment où ils veulent en venir avec ce monde parallèle, la fin nous éclaire donc pas d’affolement. 
  • La religion : On apprend très tôt dans le film que les enfants sont scolarisés dans une école juive. Une volonté du grand-père dont les parents n’ont pas vraiment leurs mots à dire puisque c’est ce dernier qui la paye. Et tout au long du film, Aidan vient à se poser beaucoup de question autour de la religion et de Dieu. 
  • La quête de soi : Qui suis-je ? Où vais-je ? On connait la chanson. C’est une question très appréciée dans le cinéma pour la simple bonne raison que tout le monde s’y retrouve et l’attachement au personnage est donc plus facile à faire. Petite particularité dans le film, se sont les parents qui sont à la recherche de ce qu’ils sont alors que les enfants ont parfois l’air plus sûre d’eux et se sont souvent eux les déclencheurs de prises de décisions.



En bref

C’est un bon film. Il fait réfléchir mais pas trop non plus, on n’est pas chez Lars Von Trier pour autant. Mais le plus attachant c’est le fait qu’il s’agisse d’une famille entière à la recherche de son identité. Et elle partage de belles leçons de vie avec nous ! 

Et si vous n'êtes pas convaincu, filez voir la bande-annonce, peut-être qu'elle vous convaincra :) 

XX

2 commentaires:

  1. J'ai adoré ce film ! Puisque tu l'as aimé, je te conseille aussi Garden State (toujours de Zach Braff)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh cool ! Je vais m'empresser de le regarder :) Merci du conseil et à bientôt !

      Supprimer