Être une française à l'étranger #3



Il est probable que vous vous souveniez de mon premier article concernant la France à l’étranger (et mon deuxième également)  Aujourd’hui je vous propose une troisième version. On aborde ici le sujet de la rencontre entre français à l’étranger.




Il a deux jours de cela, nous nous promenions au Grand Central de Liverpool (que vous pouvez voir par ici). Nous avons par la suite rencontrer deux français qui s’y promenais également. On a alors discuter et on s’est donner rendez-vous le soir pour boire un verre. 

Au début, nous étions enchanter de rencontrer des français à Liverpool. Puis la soirée est arrivée. Je ne dirais pas qu’on s’est ennuyer, ou qu’on s’est pris la tête ou tout autre point négatif. Non, le négatif était plus insidieux que ça. Nous avions à faire à tout ce que nous avions chercher à fuir. Le français par excellence. Je m’explique en quelques point.

1) Le français « négationniste » 

Tout ce que tu peux dire, sa rétorque commencera par non. Des fois oui, mais toujours suivi par un mais. Cela peut aller de parler du thé à parler politique. Tout les sujets, quelqu’ils soient commenceront par non, un point c’est tout. 

2) Le français « erasmus » 

 Attention, ne faites pas une généralité ce qui suit. J’appelle le français erasmus, le français qui croit vivre quelques chose d’unique à chaque instant et qu’il le fait savoir. De plus, il n’est jamais content de ce que lui propose son organisation. Son cas est très subjectif, puisque tout dépend de qui ont rencontre, donc je ne m’étendrais pas. 

3) Le français « bilingue » 

J’appelle à la barre, le casse-couille professionnel. Nous sommes entre français, à boire un verre et on parle français depuis une demie-heure. Sans raisons apparentes, l’homme en face de toi commence à te parler brutalement en anglais avec ce regard et ce sourire narquois qui veut dire : je suis là depuis plus longtemps que toi, t’as vu j’enchaine les deux langues, tu peux en faire autant ? 

4) Le français « j’ai tout vécu » 

On continue brièvement avec le français j’ai tout vu, fait, lu etc. Lui, il est juste chiant. Mais vraiment. Il te dit toujours : tu as fait ça ? Ha il faut le faire AB-SO-LU-MENT. Ou encore : Non mais il ne faut pas partir d’ici sans avoir fait ça, sinon ton voyage n’a servi à rien. Et j’en passe des vertes et des pas mûres.
Et le pire dans tout ça, c’est que ces français n’ont jamais connu la galère. Ils ne savent pas ce que sait que de trouver un job pour payer son loyer, puisque c’est papa et maman qui s’en chargent. Il ne savent pas ce que c’est le stress, puisqu’ils sont là en « vacances » après tout. Il pense être intégrer mais leurs seuls amis sont français, et il ne sont rester que 5 mois dans le pays. Mais surtout, ils osent faire la leçon et c’est ça qui est désagréable. 



Mais mieux vaut en rire qu’en pleurer ! 

Je précise également qu'il s'agit de min premier article publié su SBG ! :) 



4 commentaires:

  1. Félicitations ! Ce premier article sur SBG est formidablement bien écrit :) j'ai hâte de partir à l'étranger lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille merci du compliment :) L'étranger a également beaucoup de bons côtés haha !

      Supprimer