La patience est une vertu...qui est à travailler.


Depuis toute petite, mes parents n’ont cessé de me répéter « sois patiente ».
Comment rester patiente alors que le monde ne demandait qu’à être exploré ! 
Comment rester patiente quand des milliers d’idées germaient dans mon cerveau et ne demandaient qu’à être concrétisées…
En bref, comment on fais pour rester patiente ?
Depuis que j’ai concrétisé un de mes rêves, qui était de partir vivre à l’étranger, la patience est de plus en plus facile à appliquer. Mais ce n’est pas encore ça. Mon problème c’est que j’ai des millions de projets en tête et j’ai tendance à vouloir les réaliser tout de suite. Or ce n’est pas possible. Tout d’abord d’un point de vue financier et puis d’un point de vue énergétique aussi. 
Et mon énergie pour le moment je la dépense dans le boulot et dans mes rêves d’évasions. 

A 19 ans, j’envisage déjà ma vie de mille façons différentes. Toutes plus séduisantes les unes que les autres. On pourrait dire que je suis au carrefour de ma vie. Et que selon si je tourne à droite ou à gauche, tout pourrait changer. Le fait de partir de soi-même dans un autre pays pour y travailler et y vivre pour quelque temps vous faire prendre conscience que si vous le voulez, vous le pouvez vraiment. Et ça, ça change considérablement les choses. 
Et vous savez maintenant que je n’es pas une vue traditionnelle de la vie. 

Très brièvement, si je devais résumer ma philosophie, on fini tous au même endroit : dans une boite quelques mètres sous terre. Alors pourquoi passer son temps à se lamenter et à oublier de vivre ? Je ne vois pas la vie comme un cadeau mais plus comme une sentence. C’est vrai que rester au même endroit pour une centaine d’année (si,si soyons optimiste) à travailler et peiner pour vivre ou, pour certain je dirais plus survivre, c’est pas ce qui y a de plus drôle. Pourtant, lorsque une personne s’écarte de ce chemin, on a tendance à ne pas la prendre au sérieuse. Pourquoi tu veux vivre ailleurs ? A quoi bon voyager ? Pourquoi tu ne veux pas faire d’études ? De toute façon elle le regrettera à 40 ans quand il faudra payer les factures. 


Ce qui est étonnant chez l’être humain, c’est qu’il a cette incroyable capacité à s’auto-frustrer. Il se met des barrières et il s’en plaint.  


Tout ça pour dire qu’à l’heure actuelle ma patience est mise à rude épreuve. 
J’ai plusieurs voyages cette année. Je veux aller vivre en Suisse rejoindre mes amis. Après je me dis que rester en Angleterre c’est pas trop mal. Pourquoi pas descendre sur Londres comme j’avais prévue ? Ou monter à Liverpool ? L’été prochain je passerai un mois en Italie. Ou alors quelques jours à New York ? Et l’Australie alors ? Et la Nouvelle-Zélande ? Ou est-ce que je les case ceux-là ? Et le Laos quand est-ce que je le fais lui ? 

Lizzie si tu commençais déjà par comprendre qu’il ne te restes pas qu’une année à vivre tu iras mieux. 

Le problème de notre génération, celle d’internet, c’est qu’on à l’habitude de l’instantané. Je veux savoir ça, pouf ! Quelques cliques sur internet et vous voilà sur Wikipédia. Je veux écouter telle musique, pouf ! Youtube. Je veux savoir la vie de machin pouf ! Facebook. On a tout au bout de nos dix doigts (ou moins, ça dépend). Sauf une chose. L’expérience
L’université, les études, l’internet et tout c’est bien beau pour acquérir la connaissance mais l’expérience alors ? Vous savez cette chose qui vous fait grandir, qui vous fait vivre et qui vous apprend des choses sur vous-même. Elle n’est pas faîtes que pour les aventuriers et autres explorateurs. Chacun à le droit d’aller où il veux quand il veux. 

J’entend souvent des gens dire qu’ils n’ont pas les couilles de faire comme moi. Tout le monde à la capacité de partir et de vivre. C’est juste qu’on a été tellement habitué à la sécurité de notre confort que je peux comprendre que tout quitter pour quelques jours ou pour quelques années, c’est pas toujours facile. 

Et puis la peur aussi. Quand j’ai arrêter mes études et que j’ai supprimé mon projet d’un avenir tout tracé au profit de ce voyage, j’étais terrorisée. Mais ensuite quand je me suis assise dans l’avion, tout est devenu brusquement claire. Mon esprit était enfin libéré. Je savais que c’était la meilleure décision de ma vie. J’avais enfin réussit à être en accord avec moi-même. Je ne suis pas quelqu’un faite pour rester dans une petite ville en France ou avoir une grande carrière juridique, non. Je suis quelqu’un qui a la bougeotte et qui veut profiter de ce que Dieu a créer. La jungle, la mer, la montagne, le désert, je veux tout voir, tout sentir, tout entendre. Et je ne me priverai certainement pas de tout ça au profit d’une carrière qui pourrais me rapporter gros mais avec un tel vide humanitaire derrière. 



On vit dans un monde d’illusion. Les échelles sociales, la société, la télé, internet, les réseaux sociaux, l’être humain. Tout est prévue pour mourir un jour ou l’autre et être remplacé. Sauf l’environnement qui nous entoure. Alors oui, à cause des limites que l’être humain à posé, voyager ça coûte cher et c’est long mais en terme d’expérience… C’est mieux que de sacrifier des années en licence, master ou doctorat. Certains en ont la capacité de le faire et en sont heureux (et ils en faut !) Mais par pitié, ne blâmer pas quelqu’un de suivre ce qu’il est vraiment par la simple excuse qu’il n’a que 19 ans et qu’il le regrettera. Car non, quelqu’un qui à le courage de se regarder droit dans les yeux et de faire ce qui est bon pour lui ne le regrettera jamais. 

Alors oui la patience est une vertu. L’une des plus grande. Et je m’emploierais à mieux la respecter pour que mes futurs expériences soient les plus intenses possibles. 


Chaque choses en son temps, et Dieu sait qu’il y en a des choses à venir. 


La bise.


Image : Theo Gosselin

6 commentaires:

  1. Je n'ai rien de bien pertinent à dire si ce n'est excellent texte...mais il fallait que le dise. Je suis de ceux qui ont choisi la carrière, mais c'est un choix assumé. Je n'écarte pas l'idée de vivre autre chose plus tard...un jour...peut-être jamais mais j'ai choisi de rester pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup du compliment ! :) Après je ne critique en aucun cas ceux qui privilégie la carrière, je trouve ça super pour vous tout simplement parce que vous avez trouvez quelque chose que vous aimiez. Or moi de ce côté là je suis un peu perdue ^^

      Supprimer
  2. Perso, j'ai choisi d'essayer de faire les deux, d'allier les voyages aux études. La frousse de me détacher complètement d'un parcours scolaire jusqu'ici réussi (mais ennuyant). Aussi parce que j'ai la chance de pouvoir allier les deux (pour ma carrière, voyager est un plus). Mais même en choisissant ce parcours, j'entends encore "mais tu pourrais pas finir tes études d'abord, si tu arrêtes maintenant dans 10 ans tu regretteras parce que tu n'auras pas assez pour t'acheter une maison". Ils ne sont jamais contents.
    En tous cas je me retrouve complètement dans ce que tu dis, dans le fait qu'en ayant fait ce choix (assumé), tu as dû faire face à toi même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là t'as une chance inestimable de pouvoir faire les deux !! Ecoute surtout pas les gens qui te disent ce genre de conneries fini. Tu es la seule à pouvoir te dire si oui ou non tu as fait le mauvais choix :)

      Supprimer
  3. Super article ! Et quelle maturité, à 19 ans je crois que je n'avais pas encore réalisé tout ça :) Moi, ce sont mes études qui m'ont permis de voyager et c'est vrai que j'ai quand même souvent eu envie de tout plaquer mais finalement je suis allée jusqu'au bout.
    Je pense que les gens oublient souvent, aussi, que les choix qu'on fait à 19 ans, par exemple, ne vont pas régir notre vie entière. A tous ces râleurs, tu peux toujours leur dire qu'il sera toujours temps de reprendre tes études si tu en éprouves l'envie un jour, à 30, 40 ou 50 ans... Il n'y a pas de BON chemin, ni même UN chemin, au contraire il y a une multitude de chemins qu'on emprunte pendant toute sa vie, certains sont les bons, certains sont les mauvais... Mais le plus grave pour moi ce n'est pas de se tromper de chemin mais plutôt de rester bloquer quelque part sans oser tenter quoique ce soit ! Parce que les regrets d'être passé à côté d'une opportunité ou de ne pas être partie à l'aventure, eux, ils sont bien réels !

    Voilà, profite de la vie, et il n'est jamais trop tard pour changer de chemin de toute façon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance d'avoir trouver ce qui te plaisait niveau étude !
      Et c'est vrai qu'il n'y a pas un chemin. Et pour ce qui est de rester bloqué quelque part, c'est ce qui me fait le plus peur. D'où mon aspiration à voyager partout et tout le temps !

      Et merci de ton commentaire plein de sagesse et que je garderai en tête dans mes moments de doutes :)

      Supprimer