[Mercredi movie n°1] Le temps de l'amour


"C'est le temps de l'amour, des copains et de l'aventure…". A croire que cette chanson, interprétée par Françoise Hardy, ait été écrite pour le film de Wes Anderson, Moonrise Kingdom.
C'est en effet le dernier film que j'ai vu et j'en profite donc pour inaugurer ma catégorie film ! 
Bon évidemment les films que je présente ici ne sont pas forcément tous du goût de tout le monde. Si vous voyez en l'outil cinématographique un moyen de détente alors passez votre chemin. Ici il s'agit de film qui font réfléchir et on repart du voyage fictif différent. C'est ça qu'on aime ! 


Moonrise Kindgom c'est pour qui, par qui et pourquoi ? 

Moonrise c'est d'abord une comédie qu'on pourrait qualifier de dramatique mais je ne vois pas trop en quoi pour le moment. On se retrouve plongé en 1965 sur des îles fictives où grandissent une communauté. Parmi eux, deux enfants tombent amoureux. Ils s'enfuient donc pour vivre leur amour au calme et loin des adultes. Ils s'installent sur une baie qu'ils surnommeront poétiquement "Moonrise Kingdom". Évidemment le film prend des proportions délirantes où le monde de l'enfance et celui de l'adulte se côtoient, se fâchent, se donnent raison parfois et ne peuvent se séparer. 
Alors Moonrise, je dirai que c'est temps pour les enfants qui prendront plaisir à voir deux êtres non pas amoureux mais s'aventurant dans la forêt pour se retrouver sur une plage à danser. Mais c'est également un bon film pour des plus âgées qui pourraient y retrouver leurs âmes d'enfances. 

Et le réalisateur ? Et bien c'est le majestueux Wes Anderson qui s'en charge. 




On reconnait le cinéma d'Anderson par son lyrisme, son ironie et son kitch assuré. 

En tout les cas, je vous présente Sam Shakusky et Susie Bishop, les héros du film. 




Accompagné de son casting très impressionnant pour un film de ce genre, il faut bien l'avouer : 

 Bill Murray, France Mc Dormand, Edward Norton, Bruce Willis

C'est donc un film que je recommande chaudement de part sa fraîcheur enfantine et par son décalage à mourir de rire. De quoi également repenser le terme même de l'amour. 

Quant à moi je vous retrouve très prochainement pour un article très anglais ! 








4 commentaires:

  1. J'aime ce film et j'aime Wes Anderson! Un jour mon monde ressemblera aux siens! Du moins je veux y croire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour qu'une envie se réalise, il faut commencer par y croire. Et je suis sur que non seulement ton monde mais aussi le mien y ressemblera aussi :)

      Supprimer
    2. Oh que oui ! Sinon c'est plus du Anderson si on est tout seul :(

      Supprimer