Être une française à l'étranger #1



Parce qu’être française à l’étranger, ce n’est pas toujours de tout repos. C’est beaucoup de dépaysement, c’est beaucoup de changements mais c’est surtout beaucoup de rire. 


Être une française à l’étranger, c’est :

  • Être reconnaissable très vite par son accent terrible. Et oui, un français à toujours un accent qui traîne. Je me souviens un jour au bistrot d’une jeune femme qui nous commandait des chorizos en anglais. Je me souviens avoir tendu indiscrètement mon oreille reconnaissant un son familier. Pour cause c’était le même accent que moi. J’ai lâché involontairement un « êtes-vous française ? ». Et oui BINGO ! il s’agissait bien d’une française. 
  • Appartenir à une communauté. Et oui, on se reconnaît entre « frouzes » et c’est tout normalement qu’on créer des liens. Je croise quelques français au bistrot et la première question qui vient c’est « Tu viens de quelle région ? ». Ha les régions françaises. Comme si connaître la région de l’individu en face de nous nous permettait de mieux le connaître. Et c’est le cas. Et on en redemande. 
  • Entretenir les clichés en allant chercher un semblant de baguette au Sainsbury’s régulièrement. Et c’est bien le premier chamboulement que j’ai subi ici. Où sont les boulangeries ? Nulle part malheureusement. Et oui s’expatrier c’est sacrifier ses traditions !
  • Avoir le droit au français des anglais. Ce qui en réalité se limite, pour la plupart du temps, à « comment ça va ? ». On a eu quelques « Frères Jacques » en boucle de la part d’un écossais ou encore à des « Est-ce que je peux enlever mon pantalon ? » de la part d’autres. Je le conçoit il y a de l’effort ! J’ai récemment appris à un de mes collègues à dire « Au revoir Shoshanna ! » en bonne fan de Tarantino que je suis. C’est devenu le goodbye habituel.
  • S’improviser traductrice. Je travaille dans un bistrot français. Mais tenu par des anglais. C’est donc tout naturellement qu’on vient régulièrement me demander comment traduire tel ou tel mot ou encore à venir dire les noms des plats en français. J’aime bien. C’est assez marrant à faire. Et c’est surtout plaisant de voir les yeux ébahit des clients quand vous commencer à aligner trois mots français. La dernière fois, on m’a demander de traduire « Avec Brio ! ». Je vais leur créer un dictionnaire personnaliser je pense. 
  • Être réticente à l’idée de pouvoir parler à tout le monde, n’importe où et n’importe quand. J’ai discuté avec tellement de personnes depuis mon arrivée. Des gens que je ne reverrai probablement plus jamais, mais avec qui, le temps d’une soirée, j’ai aligné deux trois whisky. C’est parler de voyage avec un couple dans un train en direction de Liverpool. C’est débattre sur l’existence du Loch Ness avec des trentenaires dans un pub. C’est discuter du niveau de vie français avec un homme qui y a vécu pendant 14 ans. C'est se dire "bonjour" et "pardon" à n'importe qui. Et oui, ici on communique et on rigole ensemble. 
  • Se prendre pour une anglaise le temps d’un match. La coupe du monde 2014 dans un pub, je ne pouvais pas y échapper. Et c’était puissant ! Le pub est bondé de monde. Le bar est débordé. La bière coule à flot. Les regards sont figés sur les écrans. Le premier but. Une explosion de joie. Tout le monde saute, crie, chante. England, England, England. On se prend au jeu alors qu’on n'est pas anglais. Mais on se sent comme redevable à ce pays. Alors on crie notre amour pour lui. On passe inaperçu. L’Angleterre perd. La déception se fait sentir. Le pub se vide. Et puis les conversation changent et tout retourne à la normal. 
  • Sentir son coeur balancer entre la mode française et la mode anglaise. On a d’un côté le « tailleur Chanel » si j’ose dire, et de l’autre plutôt « Nicky Minaj » dans le sens peu de tissu et beaucoup de couleur ! On a d’un côté le « faux pas et tu n’existes plus dans la société » et de l’autre la version « on s’en balec ». Je suis une grande fan de la tenue française. Chic et discrète. Et ici ça fait toujours son effet d’être bien « française ». Mais le côté chill anglais est bien plaisant. Je me tâte encore sur le sujet. 


Mais être française à l’étranger c’est surtout beaucoup de rire, de partage et avoir le droit à un enrichissement extraordinaire. Je souhaite à tout le monde de vivre ça ! 

xx

5 commentaires:

  1. Il n'y a pas de boulangerie en Angleterre ? QUOI ? :-O
    J'exagère, j'ai toujours rêvé de partir à l'étranger et m'enrichir d'autres cultures !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui je n'ai pas mon pain frais le matin, tu t'imagines ?? :O
      Haha, ça vaut le coup de sacrifier LA baguette crois-moi !

      Supprimer
  2. L'air de rien tout ce qui touche a la France est très apprécié par les Japonais. Ils en ont une telle image (Paris, la mode, la gastronomie etc) que quand je dis que je suis Française, ils sont émerveillés et disent que c’est classe d’être Française. Certains ne connaissent rien du français, d'autre l'ont vaguement étudié a l’université et certains ne connaissent que quelques mots. Ainsi depuis que mon facteur sait que je suis Française, il me salue toujours avec un timide "bonjour" et "merci" :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah! Ça me rappelle mon été en Angleterre... je me reconnais tellement dans cet article !
    Je rajouterai pour le français des anglais « voulez-vous coucher avec moi » ahah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui c'est vrai qu'ils le disent souvent ça aussi haha !!

      Supprimer