Aujourd'hui, il ne se passe rien.

Aujourd’hui, il ne se passe rien. 

Et oui, il y a des jours comme ça. Hier vous aviez pleins d’idées dans la tête, un tas de projets plus farfelus les uns que les autres. Demain vous devez prendre des rendez-vous, répondre à des mails ou encore faire le yoga. Mais aujourd’hui…il n’y a rien à faire
Le temps est morose, le soleil ne veut pas pointer le bout de son nez. Je commence à travailler qu’à 6:45 pm ce qui me laisse encore beaucoup de temps à tuer. 
Et le problème du temps à tuer, c’est qu’on a tendance à l’utiliser en réflexion. Et plus on « réflexionne » (je suis française, j’ai le droit d’inventer des mots) plus on se perd. 
Et quand je réfléchis sans but cela donne quelque chose d’assez déprimant : « Qu’est-ce que je fais ici ? Pourquoi je suis partie ? Ici ou ailleurs tout est pareil ! » Engendrant ainsi une vague de sentiments assez déplaisants : le manque, l’inutilité, la tristesse et j’en passe. 

J’aimerais prendre ce temps pour peaufiner mon blog, écrire quelques articles ou encore discuter avec mes amis, mais rien ne vient. Aucune envie, aucune motivation. Il y a des jours comme ça. 

Je décide finalement d’écrire ce billet. Au chaud dans ma robe de chambre et ne cessant de regarder l’heure qui défile au fil des lignes que j’écris. Cela passe trop lentement

Ce regard sur les minutes qui passent… Cela me rappelle le lycée et plus récemment l’université. Ce moment de l’après-midi où vos yeux se ferment au ton monotone du professeur. Jusqu’à ce qu’ils s’ouvrent pour jeter un regard sur l’horloge et s’apercevoir qu’une seule petite minute s’est écoulée lors de votre « profond » sommeil. On a tous vécu cela, ne le niez pas. 

Ha ! L’université. J’y repense des fois. Je me dis que j’ai peut-être fait une erreur. Et puis je regarde pas la fenêtre et me rend compte que je vis enfin comme je le veux. Enfin comme je le veux, c’est prétentieux. Je ne sais même pas ce que je veux vraiment. 

Je n’ai ni guitare, ni console, ni animaux pour me vider la tête et penser à autre chose. Je ne me sens pas l’âme de réfléchir sur ma misérable condition humaine et encore moins pour envisager mon futur. Ennui quand tu nous tiens. Rien d’urgent, rien d’important à faire seulement du temps à tuer. J’ai l’impression d’avoir fait dix fois le tour d’internet en quelques heures ! 

Une douche, des vidéos youtube et un bon déjeuner plus tard, les idées refusent dans ma tête. A croire que mes cellules grises n’attendaient qu’un bon repas pour s’activer. 

Ma journée ennui aura durée la matinée je suppose. 

Je vais m’activer sur mes idées, histoire de ne pas s’affaisser trop longtemps en attendant l’heure du boulot. Le temps avance vite désormais (le comble !). 


xx

2 commentaires:

  1. On a tous des périodes comme ça ! Comme je te comprends pour l'université, je déteste le système universitaire français que je trouve pas assez axer sur le marché du travail donc pas concret ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que les universités publiques ne valent plus grands choses aujourd'hui malheureusement :(

      Supprimer